archive

Communication

En direct dès 20h, suivez le conseil communal de Durbuy. L’ordre du jour est ici.

1 – Mise à jour, 19h57 : de nouveaux micros sont prévus pour ce conseil

2 – Mise à jour 21h09: Vous le constaterez si vous cliquez sur la vidéo ci-dessous, la vidéo ne peut pas être visualisée ailleurs que sur youtube, du moins actuellement. Par ailleurs, les commentaires sont fort logiquement désactivés. Dommage toutefois de limiter l’affichage de la vidéo au seul contexte Youtube.

Dans mon article du 29 janvier dernier, je vous parlais de l’impossibilité de retrouver les délibérations du conseil communal de Durbuy sur le site de la ville ( www.durbuy.be ).

Dans la foulée de la création d’une page facebook et de la retransmission en direct du conseil, la ville vient cette fois d’ouvrir une page sur son site internet ou l’on peut retrouver les délibérations (PV) 2018!

Un nouveau pas fait dans la bonne direction, celle du citoyen, afin de lui permettre de suivre la vie de son administration.

 

MISE A JOUR: billet modifié le jeudi 29 mars – 15h18 : La commune a supprimé la vidéo de mercredi soir, afin de remettre en ligne la version nettoyée et raccourcie de son heure initiale sans intérêt. Par contre, de la sorte: perte des statistiques de visionnage et des commentaires attachés. J’ai donc procédé à l’insertion de la nouvelle vidéo, tout en laissant le lien de la version initiale. 

Ces dernières semaines, nous avions mis l’accent sur le manque de transparence de la commune de Durbuy. Nous y avions consacré une série d’articles traitant à la fois de la retransmission en vidéo du conseil communal, de l’absence de mise en ligne des PV de ces même conseils ou encore, même si un peu plus anecdotique, la non disponibilité du magazine communal.

De même, le nouveau parti « Changer?Changeons » a mis une forte pression en se mettant en rapport avec la Ministre des pouvoirs locaux Valérie De Bue qui a statué et contraint la commune de Durbuy à réagir.

Ce mercredi 28 mars avait donc lieu le conseil communal et à mon arrivée, nous constatons avec Bernard Adam que la commune n’a pas souhaiter « prendre le risque » de se faire griller la politesse. Xavier Fostroy est présent, installé avec son portable ouvert (ô surprise) sur la page facebook de la ville, et connecté sur une belle webcam Mevo. Le direct est donc mis en place et disponible!

> La page de la Ville de Durbuy : suivez là!

Je n’ai donc pas sorti mon matériel, pas plus que « Changer? Changeons » puisque la commune elle-même s’en est chargé.

La vidéo du conseil communal de Durbuy du 28 mars est donc visible ici: video

 

Quelques remarques, à chaud, sur cette mise en place.

  1. La pression citoyenne a amené le changement: la démocratie a, d’une certaine manière, fonctionné. 
  2. Il est dommage que ni le PS, ni le MR, ni Ecolo, ne se soient joints à la pression réalisée par « Changer? Changeons » et (modestement certes) par moi. 
  3. Commune Passion n’a aucunement communiqué non plus.
  4. Il n’y a eu aucune annonce préalable ni communication de la part des édiles: nous avons constaté le tout à notre arrivée.
  5. Le conseil communal a débuté « comme si de rien n’était »: il n’y a eu aucun commentaire sur la mise en place de la page et du direct vidéo.
  6. Nous bénéficions de 2 progrès: une page facebook ET le live vidéo du conseil.
  7. Indéniablement, la prise son devra être améliorée. Il y a pourtant un micro au milieu de la table, mais insuffisant que pour entendre audiblement Micheline Techeur, par exemple.
  8. Une petite vingtaine de personnes ont suivi ce direct vidéo, ce qui double/triple, dès la première, le nombre de personnes à l’écoute de leurs élus. Au moment de la rédaction de ces lignes, la vidéo a généré 600 vues. CQFD. 
  9. La mise en place de la page facebook est un plus. Reste à voir la manière dont elle sera gérée: cela demande une politique éditoriale stricte, un suivi constant, et une modération des commentaires à assurer. 
  10. Un choix rapide a été effectué par la commune, et c’est Facebook qui a été retenu pour héberger actuellement la vidéo. C’est une solution pragmatique et efficace pour assurer une bonne visibilité d’emblée à l’initiative. Mais… David Glaude, sur twitter, m’a partagé sa réflexion que je rejoins à 100%:  « Mais la maîtrise des outils par le pouvoir public, l’indépendance vis-à-vis des fournisseurs, la pérénité des enregistrements, l’accessibilité des contenus, l’intégration avec les documents et des métadonnées sont des sujets importants« .

Pour le contenu, je vous laisse juge de la façon dont les points sont actés et discutés lors d’un conseil communal. Les commentaires vous sont ouverts: je vous lirai avec attention. Débattons, c’est important.

Sachez également que dès à présent, vous pouvez retrouver sur ce site:

Les ordres du jour du conseil communal

Le lien direct vers les vidéos du conseil.

Suivez les liens dans le menu!

Par ailleurs, pour ce qui concerne le magazine communal cette fois, je ne pense pas trahir un secret en signalant la raison pour laquelle on ne peut pas le consulter en ligne actuellement: la commune ne dispose pas du fichier final de chaque numéro. Seul le prestataire désigné en dispose. Avec un peu de bonne volonté et un appel téléphonique, je suis sur que ça va se résoudre rapidement, pas vrai?

Et il se pourrait bien que le site de la ville évolue prochainement également. A suivre!

MISE A JOUR: billet modifié le jeudi 29 mars – 15h18 : La commune a supprimé la vidéo de mercredi soir, afin de remettre en ligne la version nettoyée et raccourcie de son heure initiale sans intérêt. Par contre, de la sorte: perte des statistiques de visionnage et des commentaires attachés. J’ai donc procédé à l’insertion de la nouvelle vidéo, tout en laissant le lien de la version initiale. 

C’est par ces termes que débute le tract provincial d’Ecolo Luxembourg, et cela se poursuit par un bilan assez négatif de la situation socio-économico-environnementale: crise aux retombées aussi injustes que dramatiques, course effrénée au moins-disant social, épuisement des personnes et des ressources… Dans ce contexte,  Pour Ecolo, disent-ils, faire de la politique, c’est rechercher avec les citoyens des solutions concrètes qui construisent un monde plus juste et plus solidaire.

Nous retrouvons par ailleurs, trois pôles d’action:

Stimuler l’activité et soutenir l’emploi

Préserver et améliorer l’environnement

Garantir une province où il fait bon vivre

Ecolo revient également, sous forme d’édito, sur la réforme de l’institution provinciale et la manière dont les Verts l’abordent: « La plus-value supra-communale, la mutualisation de nos expertises, savoir-faire et ressources, la solidarité doivent être les maîtres-mots de notre province en mutation« .

La question est un rien provocatrice, vous en conviendrez. Elle découle cependant du tract que Roch Kersten a distribué cette semaine. Bien loin d’une simple affiche publicitaire, le document nous rappelle le rôle d’un conseiller communal d’abord. La manière dont un politique se positionne au sein du parti, avant d’éventuellement défendre sa proposition au conseil (ou collège) ensuite. Cela me fait penser à la façon dont Roch Kersten a répondu au questionnaire de Proust: clair, explicatif.

Le bomalois nous rappelle ses 12 années d’expérience (tout comme Laurence Le Bussy d’ailleurs) et termine la première face de son message par:

« Fort de mon engagement et de mon expérience, je compte sur votre soutien, qui selon votre plébiscite me permettra de vous représenter, peut-être, au delà du conseil communal ».

« Au-delà du conseil communal », ce sont les mots qui me font penser que Roch se profile comme candidat échevin. D’autant qu’il pousse la liste socialiste, en 21e place.

Dans cette dernière ligne droite, il est normal de voir l’intensité de la communication monter en flèche. Et pour certains candidats aux Elections communales, cela passe par le cabanage (Jean-Yves Henrotte, Nathalie Cornet, André Tassigny, Maud Chaboteau ont visité ma famille par exemple); mais aussi par des courriers adressés. Mais tout le monde n’y a pas droit. Les exemples ci-dessous sont donc arrivés chez mes parents ce mercredi matin. On y retrouve Philippe Bontemps, Francis Dumoulin (et son astuce de carte de visite à conserver), Laurence Le Bussy ou encore Rita Lamotte-Bonmariage.

On se demande d’ailleurs si Francis Dumoulin ne fait pas officieusement acte de candidature pour le poste de bourgmestre…

Sur la forme, je vous laisse juger, il y a du bon et du moins bon.

C’est par ces mots que l’échevine verlainoise ouvre son tract. Laurence nous présente son bilan: plan Habitat Permanent, centre culturel, Culture Parade, maison citoyenne, EPN permanent, journées de l’internet…

On retrouve également ses propositions pour demain: faciliter l’accès au logement, l’accès à l’emploi, soutien et intégration de la jeunesse et des aînés… Le point qui m’interpelle le plus: apprentissage de la citoyenneté. Est-on tombé si bas qu’il faille à nouveau apprendre la citoyenneté?

Dernière étape de nos analyses des sites web des listes se présentant à Durbuy, le site du PS. On part du même principe de base que pour Ecolo, à savoir un site hébergé sous la coupole de son pendant national. L’adresse est http://www.ps.durbuy.be. Bon point, on sait directement ce dont il s’agit!

L’intégration avec la version nationale est visible de suite. Plutôt que de laisser des espaces vides, on retrouve ainsi plusieurs éléments marqués « national », comprenez qui ne concernent pas Durbuy. Avantage, le site ne semble pas vide. Inconvénient majeur, cela n’a absolument rien à voir avec notre commune.

Ce qui est ainsi décevant, c’est de constater « qui » est présenté dans « Le candidat du jour »: Justine Van Malleghem et Benjamin Moro y Argüelles. Ou sont donc nos candidats locaux? Autre déception, le slider (comprenez le carrousel d’images) débute par deux accroches nationales; le PS Durbuy ne se retrouve qu’en troisième position.

Le premier contenu local pertinent est placé assez loin: les pages actualités sont… vides. La page « Qui sommes-nous? » également. On en arrive à la sous-page le mot du président pour y trouver le mot de bienvenue signé Jean-Claude Drion. La liste des candidats est accessible au même endroit. Par contre, et à nouveau, je pose la question: comment contacter un candidat au départ du site? Seul Jean-Marie Carrier « bénéficie » d’un bouton « envoyer un e-mail ». Sur cette page, par ailleurs, petit défaut de conception puisque le menu de gauche (mot du président, vos candidats, vos élus) est absent.

Ce qui nous amène à la page suivante, vos élus. Et là, oh surprise, on retrouve pour les 9 personnes un bouton « envoyer un e-mail ». Sachant qu’à l’une ou l’autre exception près, tous se représentent, pourquoi une différence entre cette page-ci et la précédente concernant l’e-mail?

Le menu suivant nous amène aux élections communales 2012. Si on se positionne pour l’ouvrir à l’écran, le menu nous annonce que cette partie du site est toujours en construction, ce qui peut inciter le surfeur à ne pas aller plus loin et abandonner la visite. Et pourtant, le bilan est en ligne. Le sous-menu « nos idées » nous renvoie vers un contenu « national », découpé entre emploi, environnement, santé et transport. Et… seule la rubrique « santé » est correctement alimentée. Le reste a purement et simplement été oublié… J’ajoute que la logique de surf disparait également, tout comme le menu de gauche qui ne nous permet pas de revenir sur nos pas (puisque totalement différent). Le programme est lui, heureusement, en ligne. Enfin, le bouton « vos candidats » nous renvoie vers les candidats, page dont je vous ai parlé plus haut.

Mauvaise surprise encore, puisque la page contact nous affiche les coordonnées du PS national, boulevard de l’empereur. Bigre. Nous sommes pourtant sur le « site » de la section de Durbuy.

Chose intéressante, par contre, avec les blocs présents sur la droite du site, qui sont autant de raccourcis vers le mot du président, les candidats, élus. Mais aussi, et surtout, la possibilité d’adhérer au parti, ou de liker la page facebook grâce au plugin prévu à cet effet.

Les possibilités de partager les différents éléments sur les réseaux sociaux existent en bas de page. Bon point, même si je n’ai pas de suite compris le fonctionnement: j’ai cliquer sur le terme partager (à côté des icônes facebook/twitter) et je m’attendais à voir une fenêtre s’ouvrir. Alors que les fonctions étaient disponibles juste à droite. Bref.

Dernier élément, le footer, ou bas de page. Il comporte des liens vers le contenu durbuysien, mais aussi national (PS TV entre autres). Etonnant, les coordonnées du président de section se retrouvent à cet endroit. Assez bizarre dès lors de ne pas les voir en page contact.

Comme vous pouvez le constater, ici encore, le site est loin d’être parfait…

Quelques hashtags dans le titre pour la bonne cause (celle du référencement Twitter, pour information). Et titre un peu provocateur pour ce billet! Il faut dire que l’originalité est au rendez-vous ici. J’ai reçu il y a quelques jours maintenant, le tract de Bernard Chariot. Sans autre forme de procès.

Par contre, ce lundi, mes parents ont reçu un pli adressé, sous enveloppe. Du même Bernard Chariot (avec le même tract, une deuxième fois, mais ça, c’est un autre problème).

Le truc original, et pas très cher, c’est le timbre personnalisé. Je dis: bien vu!

Mise à jour: suite à un message de Pascal Duc, j’ai lancé une recherche google qui m’a amené ici, sur le site de la Poste. Le tarif est de 17,95 euros / feuille de 20 timbres, par 5. Soit 100 timbres pour environ 100 euros. Je ne suis pas certain toutefois que ce soit la solution retenue par Bernard Chariot dans ce cas ci.

Mise à jour 2: Jacques Delcourt précise dans les commentaires de cet article que Bernard Chariot n’a rien payé pour ce timbre. Ce qui confirme donc que mon doute était justifié.

Communication électorale originale - Bernard Chariot

Je vais m’efforcer, dans les prochains jours, de revenir sur les programmes et parler plus profondément du contenu. Mais cette dernière semaine de campagne risque de voir notre boîte aux lettres déborder d’imprimés. De qualité variable, même au sein d’une liste. Que l’équipe de la Liste du Bourgmestre de Durbuy ne m’en veuille pas, mais étant donné la quantité de tracts distribués (en comparaison aux autres listes), c’est vers eux que je me tourne pour ce billet.

J’ai en effet une certaine de relation amour/haine avec la communication de cette liste. Je ne reviens plus sur le questionnaire de Proust (à relire ici, toutefois, si le coeur vous en dit). Si on se penche sur le site web, il y a de bonnes idées, et d’autres très mauvaises (on en parlait ici).

Aujourd’hui, la cohérence des visuels « papier ». Je devine que les candidats sont encadrés, mais qu’ils ont également une certaine liberté. Quand on regarde certains imprimés, comme le bilan, ou le programme reçu ce lundi, on dit bravo, la qualité et le contenu y sont.

Par contre, au niveau des tracts individuels, je me pose la question: pourquoi la liste ne poursuit elle pas sur cette lancée de qualité?  Que Denis William et Cécile Colin ne m’en veuillent pas, mais tout de même… Du comic sans MS (j’admets, c’est mon côté geek qui parle)? Et vous, Anne-Sophie Lizen? Vous dites « Durbuy, ma commune », mais vous l’illustrez par une carte de la zone « Bende-Borlon-Septon-Grandhan » ? Quel est le message pour les habitants des autres entités? Et Freddy Paquet va-t-il reprendre le tube de William Dunker (Todi so l’vôye)?